Parution : 2 décembre 2014
ELISABETH BRISSY QUEYRANNE, Conseillère municipale de la ville de Bron
CRI D’ALARME : JAMAIS RESPONSABLE

Le Vicaire épiscopal de Lyon, Bruno Marie Duffé, vient d’alerter publiquement, sur la situation des populations ROM qui vivent dans des campements délabrés tout le long du périphérique. Ces bidonvilles perdurent depuis plusieurs années, c’est une honte.

Ce drame humain se vit notamment au sein de la ville de Bron, le long du Vinatier. Le froid arrive, les conditions sanitaires se dégradent, la proximité du périphérique laissent craindre des conséquences très graves. Comme le dit Bruno Marie Duffé : « quand arriveront ces morts de froid ou d’insalubrité, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ».
Alors que faire ? Faut-il toujours mettre la tête dans le sable, détourner le regard, stigmatiser ? Le silence des pouvoirs publics est étourdissant. Il contribue à créer des zones de non droit qui soulignent l’impuissance des politiques publiques. Il renvoie à l’état de notre société, qui se réfugie dans le déni des réalités par peur d’affronter des sujets à la fois difficiles et douloureux.

A Bron, comme toujours, la mairie ne se considère pas concernée. Il s’agit pourtant d’un terrain du Conseil Général sur lequel se trouvent ces populations parquées.

  • Le Maire, Conseillère générale, n’a rien à dire, elle est pourtant responsable, ne serait-ce que sur la santé publique.
  • Le Maire, Vice-Présidente du Grand Lyon n’a rien à dire, si ce n’est qu’elle a installé des bacs à ordures ! elle est pourtant responsable. C’est à ce niveau que se gèrent les questions d’hygiène.
  • Le Maire est Sénatrice, elle n’a rien à dire, même au niveau national, alors qu’elle vient d’être réélue Vice-Présidente de l’association des maires de France, en charge « des territoires urbains ».

Après deux mois de refus de scolariser les enfants, la Mairie a demandé à l’Académie l’ouverture d’une classe « spéciale » au groupe scolaire Anatole France en plus du bus école présent à l’entrée du campement. Mais comme le relève le MRAP, les enfants n’ont à ce jour pas droit à la cantine. Ce qui est une manière hypocrite de maintenir une discrimination.

Le tête de liste UMP s’est vanté d’avoir obtenu, grâce à une pétition, l’engagement d’une procédure d’expulsion des occupants fin janvier. Sera-t-elle mise en œuvre alors qu’aucune solution n’est proposée si ce n’est de repousser le problème ailleurs ? Et qu’ont fait les Députés UMP Européens de notre circonscription alors que ce sujet doit d’abord être traité à ce niveau-là ?

J’approuve la démarche de Bruno Marie Duffé, parce qu’il faut publiquement poser les questions qui dérangent. Ce serait déjà esquisser les voies de réponses. Mais soyons modestes. Il n’y a pas de solution miracle. Il faut d’abord interpeller l’Europe : se peut-il qu’un pays, membre de l’union européenne, la Roumanie, perpétue les discriminations, et exporte sa misère, sans aucune contrainte, tandis que ce pays continue à bénéficier des subventions, sans aucune condition ?

Ensuite l’État Français qui à ce jour n’a engagé que 25 % des programmes européens conçus pour ces populations. Enfin la future Métropole et la Mairie, pour rechercher des solutions humaines, sans encourager la venue de nouveaux migrants et permettre une réelle intégration à ceux qui le veulent et qui s’engagent dans ce sens. Au moment où le parlement doit aborder les questions d’immigration et d’asile, il serait bon de rappeler que les valeurs de notre République s’exercent dans le cadre des lois qui protègent la sécurité de tous les citoyens.

P.S.

C’est bien le Vicaire épiscopal de Lyon, Bruno Marie Duffé, lui même qui est le lanceur de cette alerte.
Notre première écriture qui indiquait que c’était à la demande du Cardinal BARBARIN était erronée.

- Dans la rubrique : Nos Élus/ Élisabeth BRISSY QUEYRANNE
Élisabeth BRISSY QUEYRANNE
Parution : 23 juin 2015
| © À BRON TOUT NOUS RASSEMBLE 2014 | Fait avec : SPIP|

| Courriel au Secrétariat | RSS RSS | Plan du site |